Page:Rameau - Notes historiques sur la colonie canadienne de Detroit, 1861.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ou Duluth, un des plus remarquables de ces aventuriers commerçants, commandait à Détroit en 1687 ; il réunit plusieurs centaines de courreurs de bois avec les guerriers des tribus indiennes, et opéra une diversion terrible et fructueuse sur les derrières des Iroquois, pendant la guerre que ceux-ci soutinrent alors contre les Français du Canada.

Quelques-uns de ces coureurs de bois se fixèrent sans doute dans le pays, car lorsque Cadillac vint prendre possession du vieux fort et de son domaine, il nous parait certain que déjà plusieurs Français étaient établis sur le Détroit, entre autres Pierre Roy et François Pelletier. Cadillac amena avec lui une garnison, plusieurs artisans et quelques familles de colons tirés du Canada. Voici les noms de quelques-uns de ceux qui vinrent ainsi dès le principe avec lui :

François Faffard dit Delorme, (interprète) ; Jean Faffard dit Maconce ; Louis Normand dit LaBruguière, (Taillandier) ; Joseph Parent, (Forgeron).

Plusieurs des soldats de la garnison étaient mariés et amenèrent avec eux leurs femmes et leurs enfants, Cadillac leur donna des terres, puis leur congé, et un grand nombre s’établirent