Page:Ratisbonne - Au pays des âmes, 1870.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



le jeune homme.

Qui donc es-tu ? Soldat mort pour la liberté !


le vieillard.

Le trépas est affreux, si la cause était belle !


le jeune homme.

Ne pouvoir qu’une fois, hélas ! mourir pour elle !


le vieillard.

Quoi ! c’est là ton regret, lorsque tu perds le jour ?


le jeune homme.

Avoir donné si peu pour un si grand amour !
Ne pouvoir jamais plus combattre !


le vieillard.

Ne pouvoir jamais plus combattre ! Ô jeune brave !
La terre où tu naquis gémissait donc esclave ?


le jeune homme.

Je n’ai point combattu pour celle où je suis né.