Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/130

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Histoire philosophique
130

dien. Courbés ſous le poids de leurs chaînes ; étendus fur leur fumier ; exténués de coups, de macérations, de veilles & de jeûnes, les Jogueys deviennent un ſpectacle intéreſſant pour les peuples.

La plupart parcourent les campagnes où ils jouiſſent des hommages de la multitude, des grands même, qui, par politique ou par conviction, deſcendent ſouvent de leur éléphant, pour ſe proſterner aux pieds de ces hommes dégoûtans. De toutes parts on leur offre des fruits, des fleurs & des parfums. Ils demandent avec hauteur ce qu’ils déſirent, & reçoivent comme un tribut ce qu’on leur préfente, ſans que cette arrogance diminue jamais la vénération qu’on leur a vouée. L’objet de leur ambition eſt de ramaſſer de quoi planter des arbres, de quoi creuſer des étangs, de quoi réparer ou conſtruire des pagodes.

Ceux d’entre eux qui préfèrent le ſéjour des bois, voient accourir dans leur ſolitude les perſonnes du ſexe qui ne ſont pas d’un rang aſſez diftingué pour vivre enfermées, & principalement celles qui n’ont point d’enfans. Souvent elles trouvent dans leur pèle-