Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
des deux Indes.
3

on doit les fonder ? Elle a un commerce d’échange, d’économie, d’induſtrie. Ce commerce paſſe d’un peuple à l’autre. Ne peut-on découvrir par quels moyens & dans quelles circonſtances ? Depuis qu’on connoît l’Amérique & la route du cap, des nations qui n’étoient rien ſont devenues puiſſantes ; d’autres qui faiſoient trembler l’Europe, ſe ſont affoiblies. Comment ces découvertes ont-elles influé ſur l’état de ces peuples ? Pourquoi enfin les nations les plus floriſſantes & les plus riches ne ſont-elles pas toujours celles à qui la nature a le plus donné ? Il faut, pour s’éclairer ſur ces queſtions importantes, jetter un coup-d’œil ſur l’état où étoit l’Europe avant les découvertes dont nous avons parlé ; ſuivre en détail les événemens dont elles ont été la cauſe, & finir par conſidérer l’état de l’Europe telle qu’elle eſt aujourd’hui.

Telle eſt la tâche effrayante que je me fuis propoſé de remplir. J’y ai conſacré ma vie. J’ai appellé à mon fecours les hommes inſtruits de toutes les nations. J’ai interrogé les vivans & les morts : les vivans, dont la voix ſe fait entendre à mes côtés ; les morts, qui nous ont tranſmis leurs opinions & leurs