Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Histoire philosophique
4

connoiſſances, en quelque langue qu’ils aient écrit. J’ai peſé leur autorité ; j’ai oppoſé leurs témoignages ; j’ai éclairci les faits. Si l’on m’eût nommé ſous la ligne ou ſous le pôle un homme en état de m’éclairer ſur quelque point important, j’aurois été ſous le pôle ou ſous la ligne, le ſommer de s’ouvrir à moi. L’image auguſte de la vérité m’a toujours été préſente. Ô vérité ſainte ! c’eſt toi ſeule que j’ai reſpectée. Si mon ouvrage trouve encore quelques lecteurs dans les ſiècles à venir, je veux qu’en voyant combien j’ai été dégagé de paſſions & de préjugés, ils ignorent la contrée où je pris naiſſance ; ſous quel gouvernement je vivois ; quelles fonctions j’exerçois dans mon pays ; quel culte je profeſſai : je veux qu’ils me croient tous leur concitoyen & leur ami. Le premier ſoin, le premier devoir, quand on traite des matières importantes au bonheur des hommes, ce doit être de purger ſon ame de toute crainte, de toute eſpérance. Élevé au-deſſus de toutes les conſidérations humaines, c’eſt alors qu’on plane au-deſſus de l’atmoſphère, & qu’on voit le globe au-deſſous de ſoi. C’eſt de-là qu’on laſſe tomber