Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Deux nations changèrent encore la face de la terre. Un peuple ſorti de la Scandivanie & de la Cherſonèſe Cimbrique, ſe répandit au Nord de l’Europe, que les Arabes preſſoient du coté du Midi. Ceux-là étoient diſciples d’Odin, & ceux-ci de Mahomet : deux hommes qui avoient répandu le fanatiſme des conquêtes, avec celui de la religion. Charlemagne ſut vaincre les uns, & réſiſter aux autres. Ces hommes du Nord, appelles Saxons ou Normands, étoient un peuple pauvre, mal armé, ſans diſcipline, de mœurs atroces, pouſſé aux combats & à la mort par la miſère & la ſuperſtition. Charlemagne voulut leur faire quitter cette religion qui les rendoit ſi terribles, pour une religion qui les diſpoſeroit à obéir. Il lui fallut verſer des torrens de ſang, & il planta la croix ſur des monceaux de morts. Il fut moins heureux contre les Arabes conquérant de l’Aſie, de l’Afrique & de l’Eſpagne : il ne put s’établir au-delà des Pyrénées.

Le beſoin de repouſſer les Arabes, & ſur-tout les Normands, fit renaître la marine de l’Europe. Charlemagne en France, Alfred-le-Grand en Angleterre, quelques villes en