Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Italie, eurent des vaiſſeaux ; & ce commencernent de navigation reſſuſcita, pour un peu de tems, le commerce maritime. Charlemagne établit de grandes foires, dont la principale étoit à Aix-la-Chapelle. C’eſt la manière de faire le commerce chez les peuples où il eſt encore au berceau.

Cependant, les Arabes fondoient le plus grand commerce qu’on eût vu depuis Athènes & Carthage. Il eſt vrai qu’ils le dévoient moins aux lumières d’une raiſon cultivée & aux progrès d’une bonne adminiſtration qu’à l’étendue de leur puiſſance, & à la nature des pays qu’ils poſſédoient. Maîtres de l’Eſpagne, de l’Afrique, de l’Aſie-Mineure, de la Perſe, & d’une partie de l’Inde ; ils commencèrent par échanger entre eux, d’une contrée à l’autre, les denrées des différentes parties de leur vaſle empire. Ils s’étendirent par degrés juſqu’aux Moluques & à la Chine, tantôt en négocians, tantôt en miſſionnaires, ſouvent en conquérans.

Bientôt les Vénitiens, les Génois & les Arabes de Barcelone, allèrent prendre dans Alexandrie les marchandiſes de l’Afrique & de l’Inde, & les verſèrent en Europe. Les