Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Histoire philosophique
25

à entrer dans la confédération. Bientôt elle fut compoſée de quatre-vingts cités, qui formoient une chaîne depuis la Baltique juſqu’au Rhin, & qui avoient obtenu ou acheté le privilège de ſe gouverner par leurs propres loix. Cette aſſociation, la première qui ait eu dans les tems modernes un ſyſtême régulier de commerce, échangeoit avec les Lombards les munitions navales & les autres marchandiſes du Nord, contre les productions de l’Aſie, de l’ltalie & des autres états du Midi.

La Flandre ſervoit de théâtre à tant d’heureuſes opérations. Sa poſition n’étoit pas la ſeule cauſe de cette préférence ſi utile. Elle la devoit auſſi à ſes belles & nombreuſes manufactures de draps ; elle la devoit encore à ſes fabriques de tapiſſeries, qui prouvent à quel point le deſſin & la perſpective étoient alors ignorés. Tous ces moyens de proſpérité firent des Pays-Bas, la région la plus riche, la plus peuplée, la plus cultivée de l’Europe.

L’état floriſſant des peuples de la Flandre, de ceux de la Grande Anſe, de ceux de quelques républiques qui proſpéroient à l’aide de