Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/550

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
524
Table

5 H TABLE

Ijlc de correction, c’eft ainfi qu’on a nommé rifle de Rofîn^in , où l’on envoie Ls jeunes gens don: les familles veulent fe debarraffer. 343. Italiens , s’emparent de la navigation de tranfport que les Grecs avoienc depuis très-long-tems. 147. J Afow, découvert par hafard par les Portugais en I J4î. Ancienneté de cet empire. Les fouverains nommés Daïris , étoient anciennement aufll pontifes. Depuis ils retinrent le pouvoir facerdotal , ÔC partagèrent la royauté en plufieurs gouvernemens. Les gouverneurs deviennent enfin indépendans. 154 , a$>. Quelle eiî l’éducation qu’on y donne aux enfans. 263. Defcription géographique de ce pays. 264. 16$. Etat d’op— preffion où le réduit la tyrannie de Taycofama. Le chriftianifme y eft apporté par les Portugais. 32$. Le tyran perfécute les chrétiens. 35.6. Java. Les Malais pofledent cette ifle depuis très-longtems. Culte qui y régnoit à l’arrivée des Hollandois.. 415. Son gouvernement à cette époque. Mœurs des habitans. Les Anglois y faifoient le commerce , mais ils furent bientôt fupplantés. 416. 417. Comment les Portugais s’y étoient conduits. Conduite qu’y tiennent les Hollandois. 418 , 419.

Jogueys , nom qu’on donne dans l’inde aux moines ; les hommes des différentes caftes y font admis. 107. Les perfonnesles plus distinguées ont pour eux la plus grande vénération. Les femmes même viennent quelquefois chercher auprès d’eux la fin à leur ftérilité. 108. Lorfqu’ils cèdent à l’importunité de quelque femme diftinguée , ils vont la voir , & avertirent le mari , en laifîant leurs fandales à la porte , de ne pas entrer. 109. Joncs , fi répandus en Europe , nous viennent de l’ifle de Bornéo. 359.

Jugemens de Dieu par l’eau & parle feu il en eft parlé dans le fam’kret. 7%.

Juifs , s’emparèrent vers le huitième fiècle des détails du. commerce, & prêtoient de l’argent à intérêt. La théo-» logie fcholaftique s’éleva contre cet ufage.*22,23.De-îà les