Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/555

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
529
des matières.


permis à Sanciam. Ibid. L’empereur pour reconnoître un fervice qu’ils venoient de lui rendre , leur donne î’ifle de Macao , où ils bâtirfent une vilie. 253. Un vaiffèau Portugais eft jette par la tempête en 1542. fur les côtes du Japon , jufques-la inconnu pour eux. 254. Ancienneté de cette monarchie. Ihid. Les fouverains y font nommés Daïris. Ibid. Raifons qui firent accueillir les Portugais au Japon. Commerce qu’ils y établirent. 164. Domination qu’ils exercent fur toutes les mers des Indes pour le commerce. 166. Excès auxquels ils fe livrent dans l’Inde. 268. &fuiv. La corruption fe griffe parmi eux. a.70. Ils font déchus de leur ancien courage , & livrés aux plus honteux excès. Ils font déteftés par-tout & voient fe former une confédération pour les chafTer de l’Orient. 279 , 280. Etat de leurs pofîeîfions dans l’Inde à la mort du roi Sébaftien. 287. La dépravation fe glifie parmi eux. 2.88. Caufes qui occasionnèrent leur ruine dans les Indes. C.80 , 290. Etat aétuel de leurs polïèfaons. 19a.. Balance de leur commerce. 293. Ils font chafîts du Japon en 1638. 327.

Pouliats , nom qu’on donne , au Malabar , à l’efpèce d’ouvriers occupés aux plus vils emplois. Dureté de leur condition. 102 , 103.

Poulickis , forte de gens à la côte du Malabar , qui font en horreur à tout le monde : manière dont ils pourvoient à leur fubfiftance. 105.

Principes (dogme des deux), peut-être efl-ce dans l’Inde, où les faifons des tempêtes &des beaux jours ne font féparées que par une chaîne de montagnes , qu’eft né ce dogme. 6X

Jtundics ou Brames , jurifconfultes de l’Indoftan. 77. R

JS^aphaei , fameux peintre y par une fuite de la protection que ies papes accordoient alors aux beaux-arts, alloit être cardinal quand il mourut. 39. Religieufes. Il y a eu chez tous les peuples des femmes femblables à nos religieufes, 259,