Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Histoire philosophique
40

de la raiſon. L’égliſe Romaine avoit détruit, autant qu’il eſt poſſible, les principes de juſtice que la nature a mis dans tous les hommes. Ce ſeul dogme, qu’au pape appartient la ſouveraineté de tous les empires, renverſoit les fondemens de toute ſociété, de toute vertu politique. Cependant cette maxime avoit régné long-tems avec le dogme affreux qui permettoit, qui ordonnoit même, de haïr, de perſécuter tous les hommes, dont les opinions ſur la religion ne ſont pas conformes à celles de l’égliſe Romaine. Les indulgences, eſpèce d’expiations vendues pour tous les crimes, & ſi vous voulez quelque choſe de plus monſtrueux, des expiations pour les crimes à venir ; la diſpenſe de tenir ſa parole aux ennemis du pontife, faſſent-ils de ſa religion ; cet article de croyance, où l’on enſeigne que le mérite du juſle peut être appliqué au méchant ; les exemples de tous les vices dans la perſonne des pontifes, & dans les hommes ſacrés, deſtinés à ſervir de modèle au peuple ; enfin, le plus grand des outrages faits à l’humanité, l’inquiſition : toutes ces horreurs dévoient faire de l’Europe un repaire de tigres ou de ſerpens, plutôt