Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v3.djvu/435

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
427
des deux Indes

Depuis que le Mexique eut llibi le joug des xiir, Cailiilans , cette valle contrée ne fut plus Troubles r, , ,,. ,’ » • -r extérieurs

expolee a 1 invalion. Aucun ennemi voilm ^^^ j^^^^. ou éloigne ne ravagea les provinces. La piiix rieurs qui dont elle iouiffoit ne fat txténeu ement °f ^ :^’^' ^** ’ Mexique ,

troublée que par des pirates. Dans la mer dû depuis qu’il Sud , les entreprifcs de ces brigands fe bor- ^^ ’^^^’^"" ^ ^ ° . , une i>oUe !-

ncrent à la prile d’un petit no.nbre de vaii- £0,1 eCui» fejux : mais au Nord, ils pilLrcnt une fois §"°^f* Campcch.e , deux fois Vera-Crux , & fouvent ils portèrent la défolation fardes côtes moins connues , moins riches & : moins défendues. ^ Pendant que lanavigation & les rivages de cette opulerlte région font en proie aux corfaires & aux efcadres des nations révoltées de Tambition de TEfpagne , ou feulement jaloufes de fa fupériorité , les Chichemecas troublent Tintérieur de l’empire. Cétoient, fi Ton en croit Herrera & Torquemada , les peuples qui occupoientles meilleures plaines de la contrée avant l’arrivée des Mexicains, Pour éviter les fers que leurpréparoitle conquérant , ils fe réfugièrent dans des cavernes & dans des montagnes où s’accrut leur férocité naturelle & où ils menoient une vie entièrement animale. La nouvelle rév^oluticri