Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
120
MATHÉMATIQUES ET MATHÉMATICIENS

Géométrie, les premières mesures de distances inaccessibles et des observations astronomiques au gnomon.

Pythagore (550 ans av. J.-C) et les Pythagoriciens connaissent la somme des angles d’un triangle, le carré de l’hypoténuse, les polyèdres réguliers et l’un au moins des deux mouvements de la Terre.

Platon (400 ans av. J.-C.) et les Platoniciens dégagent la méthode d’analyse en Géométrie ; ils imaginent les coniques et d’autres lieux géométriques pour opérer la duplication du cube ; ils raisonnent déjà les incommensurables.

II. L’École grecque d’Alexandrie. — Dans cette célèbre École, qui dure plus de mille ans, les Mathématiques brillent du plus vif éclat et atteignent leur apogée.

Euclide (300 ans av. J.-C.) coordonne, dans ses Éléments, toute la Géométrie, sauf les coniques. Ce livre domine encore l’enseignement de nos jours.

Archimède (230 ans av. J.-C), le plus grand peut-être de tous les mathématiciens, mesure le cercle et la sphère ; fait la quadrature de la parabole ; étudie la première série ; fonde la statique sur la théorie du levier, etc.

Apollonius de Perge (200 ans av. J.-C.) résume, dans son Traité des coniques, les propriétés déjà connues de ces courbes et celles plus cachées qu’il découvre à son tour.

Hipparque (150 ans av. J.-C.) refait toutes les observations astronomiques et, malgré l’imperfection de ses instruments, il trouve des nombres assez exacts pour servir de base à la théorie.