Page:Rebière - Mathématiques et mathématiciens.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
121
MORCEAUX CHOISIS ET PENSÉES

Ptolémée (130 ans ap. J.-C.) admet, dans son Almageste, la fixité de la Terre, et parvient néanmoins à représenter les mouvements célestes, à l’aide d’un système compliqué de cercles.

Diophante (350 ans ap. J.-C), surnommé le Père de Algèbre, crée enfin cette nouvelle branche dans ses Arithmétiques.

La science pâlit ensuite à Alexandrie. Il n’y a plus que des commentateurs, parmi lesquels on doit distinguer Pappus : il nous conserve, dans ses Collections mathématiques, des fragments d’ouvrages perdus.

III. Les autres peuples jusqu’à la Renaissance. — Les Égyptiens possèdent des connaissances arithmétiques et géométriques, bien des siècles avant notre ère, comme le prouve le papyrus d’Ahmès, récemment déchiffré. Ils restent stationnaires, tandis que les Grecs, qui leur font des emprunts, progressent rapidement.

De même, les Chinois paraissent savoir des Mathématiques dès l’antiquité la plus reculée ; mais ce peuple, lui aussi, reste immobile.

Les Hindous, tels que Aryabhata, Bramagupta et Bascara, ont, de temps immémorial, la curiosité des grands nombres ; ils cultivent l’Algèbre et résolvent les équations des deux premiers degrés.

Les Arabes, tels que Mohamed-ben-Musa, Aboul-Wefa, etc., servent d’intermédiaires entre les Grecs et les Indiens d’une part et les Occidentaux de l’autre.

En Europe, le Moyen-âge reste obscur et stérile. Citons cependant Gerbert qui s’instruit, vers l’an 1000, auprès des Maures d’Espagne et apporte aux Chrétiens