Page:Reclus - L'Homme et la Terre, tome III, Librairie universelle, 1905.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
107
beauté de ceylan

D’autres récits nous parlent d’un prodigieux aimant vers lequel les navires étaient attirés de force à travers les vagues de l’Océan : cet aimant c’est l’île même, l’admirable terre des cristaux et des perles.

N° 229. Ari, Atoll des Maldives

Les chiffres indiquent les profondeurs en mètres.
Mais la beauté de Ceylan lui vient surtout de sa végétation merveilleuse, comparable à celle de Java et de Bornéo. Un des sites les plus admirables et les plus admirés du monde est le jardin touffu de 200 kilomètres en longueur qui se déploie sur la courbe sud-occidentale de l’île entre Colombo, la capitale, et Matura, la ville située à l’extrémité terminale de Ceylan. Des milliers de cocotiers élèvent leurs hampes au-dessus des plantes basses odorantes et fleuries, d’autres palmeraies contrastent avec les cocotiers, entremêlant leurs feuilles, et parmi elles le merveilleux talipot (corypha umbraculifera), dont la fleur, que l’on vient admirer de tous les alentours, développe soudain, à la cinquantième année de la plante, son thyrse de dix à douze mètres de long, contenant