Page:Reclus - La Coopération, ou Les nouvelles associations ouvrières dans la Grande-Bretagne.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA COOPÉRATION
OU LES
NOUVELLES ASSOCIATIONS OUVRIÈRES
DANS LA GRANDE-BRETAGNE




« J’ai toujours regardé avec sympathie les efforts ayant pour but de combler en tout ou en partie ce grand ravin, qui, jusqu’à aujourd’hui, a séparé la classe des ouvriers de celle des capitalistes. Je voudrais que les uns et les autres se rendissent bien compte de leurs difficultés réciproques. Je voudrais surtout que les ouvriers comprissent ceci : Le capital n’est autre chose que du travail accumulé, et le travail, à son tour, est du capital en germe. Isolés, ni travail, ni capital ne peuvent prospérer… »


xxxxxx(Discours prononcé à Rochdale.)Cobden.


Holyoake, Selfhelp by the People. History of Cooperation in Rochdale. Traduction par Alfred Talandier, publiée par le Progrès de Lyon. — The économic advantages of Cooperation, by John Holmes, of Leeds. Prize Essay. — History of the Rochdale district Cooperative Corn Mill Society, by Wm. Cooper. — J. Watts, Ph. D. On Strikes. — Sulked Cooperative Societies, their workings and their results. Prize Essay. — The Cooperator. London, F. Pitman. — The Working Man. London, J. Cauldwell.