Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


absolu des biens, des idées, des coutumes, des dialectes, des églises. Comme au Maroc, nous conquerrons par des bienfaits, non par des sévices. Notre guerre, à nous, épargne autant de vies innocentes qu’elle en peut épargner.

La patience, la douceur, au lieu de l’irritabilité, de la brutalité, de la cruauté mêlée de goinfrerie et d’ivresse.

N’est-ce pas une gloire de faire le contraire des Allemands, de ne jamais oublier que pour être grand, juste et fort, il faut toujours agir comme n’a jamais agi Bismarck.

On attendra dans le silence, la paix, la bienveillance avec une sainte horreur de la morgue, de la méchanceté, de la stupidité des Teutons en Alsace-Lorraine.

On se fiera bravement à la bonté,