Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
iv
PRÆFATIO.


toutes nos études. Le premier volume est déjà imprimé, et le second le sera dans quelques mois.

Dans les Conférences tenues, tant chez M. Colbert que chez M. le Chancelier Daguesseau, les Savans qui y avoient été appelés, convenoient qu’il falloit donner à la tête du Recueil une parfaite connoissance des Gaulois avant l’établissement des François dans les Gaules. M. du Cange vouloit pour cela qu’on réimprimât la premiere partie de l’Histoire de France de Dupleix, après l’avoir traduite en Latin. Quelque exacte que la suppose M. du Gange, elle ne mérite certainement pas qu’on lui fasse tant d’honneur. D’ailleurs, selon la réflexion de M. l’Abbé Gallois, il ne s’agit pas ici de donner une Histoire, mais seulement de compiler les Actes qui peuvent y servir. C’est aussi ce que nous faisons. Nous donnons des Extraits de tout ce qui se trouve dans les auteurs Grecs et Latins touchant les Gaulois. Pour les Grecs on les imprimera dans leur Langue originale avec la traduction Latine. Nous serons par-là dispensés d’imprimer les Traités particuliers de quelques modernes sur l’origine, les mœurs, les loix, etc. des anciens Gaulois. Nous aurons cependant soin de mettre en note au bas des pages leurs remarques et leurs réflexions, quand elles peuvent servir à éclaircir le texte des anciens Auteurs. Nous n’avons eu garde d’omettre les Commentaires de César sur la guerre des Gaules : mais nous ne nous sommes pas cru obligés de suivre le sentiment de M. du Cange qui vouloit qu’on imprimât aussi la traduction Gréque de Planudes, avec tous les Commentateurs de l’édition de Jungerman, et les autres que Jungerman n’avoit pas vus. Il est inutile de dire les raisons qui nous ont portés à n’être pas en cela de l’avis de M. du Cange : elles se font assez sentir d’elles-mêmes.

Cette partie, qui regarde nos anciens Gaulois, semblerait demander qu’on re-