Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
v
PRÆFATIO.


présentât en différentes Planches les monumens de leur tems, comme les Amphithéatres, les Aqueducs, les Arcs de triomphe, les Bains, les Obelisques, les Tombeaux, les Inscriptions, les Médailles : c’étoit l’avis de Messieurs du Cange et des Thuilleries ; et la chose seroit d’autant plus facile, qu’on trouve la plupart de ces monumens fort bien gravés dans les Antiquités de D. Bernard de Montfaucon. Mais comme ils font partie de l’Histoire des Provinces où ils se trouvent, nous les renvoïons aux Actes de l’Histoire particuliere. Nous mettrons à la tête du premier volume une Carte géographique des Gaules Cisalpine et Transalpine, dressée sur les descriptions des anciens, tant Historiens que Géographes. Nous ferons graver la partie de la Carte de Peutinger, qui regarde la Gaule, et nous la placerons à l’endroit qui lui convient. Le Volume sera terminé par quatre Tables ; la premiere contiendra les noms des villes, des lieux et des peuples ; nous mettrons dans la seconde les noms François des villes, avec les noms Latins ; la troisiéme sera pour les noms des personnes ; la quatriéme pour les matières. On trouvera des notes critiques dans les endroits qui en auront besoin. Nous marquerons en marge, autant qu’il sera possible, les années ausquelles se seront passées les choses énoncées dans le texte. En comptant les années depuis la fondation de Rome, nous ne suivons pas avec le P. Petau le calcul de Vairon ; mais nous suivons, comme Sigonius, celui de Verrius Flaccus, auteur des Fastes Capitolins. Ces deux sentimens diffèrent d’une année entière, en sorte que ceux qui suivent celui de Varron, mettent la prise de Rome par les Gaulois dans la 364 année depuis la fondation de cette ville ; au lieu que ceux qui suivent le calcul de Flaccus, la mettent dans la 363. Nous traiterons dans cette Préface plusieurs questions qui concernent les Gaulois, et nous en ex-