Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
vj
PRÆFATIO.


poserons le sujet ci-dessous. La Préface sera suivie d’une Table chronologique, c’est-à-dire, d’Annales Gauloises et Françoises, qui contiendront par ordre des tems les principaux faits dispersés ça et là dans le Volume.

Après avoir exposé ce que nous croions devoir précéder le Recueil des Actes de l’Histoire de France, il faut maintenant que nous parlions du Recueil mème. Nous savions que la Collection de du Chesne, qui d’ailleurs finit au regne de Philippe le Bel, étoit très- défectueuse dans ce qu’elle contient ; et que les découvertes faites depuis sa mort avoient tiré de la poussiere des Bibliothèques un grand nombre de Pieces qu’il n’avoit pas connues. Personne n’ignore combien l’Histoire de France s’est enrichie par les utiles compilations des PP. Labbe, d’Achery, Mabillon et Martene, des Bollandistes et de M. Baluze. Notre premier soin a été de tirer des différens Volumes, que ces Auteurs ont publiés, tout ce qui nous a paru appartenir à notre dessein : et bien-tôt encouragés par le succès de leurs recherches, nous avons de notre côté fouillé dans les Bibliothéques qu’ils n’avoient pas eu occasion de parcourir. L’espérance que nous avions conçue d’y trouver des monumens qui leur avoient échapé, n’a pas été vaine ; soit par nous-mêmes, ou avec le secours de nos amis, soit par la bienveillance de plusieurs gens de Lettres, à qui nous faisons gloire d’avoir obligation, nous avons découvert tantôt des Manuscrits qui n’avoient point été consultés par les Editeurs, tantôt des Ouvrages qui n’ont jamais été imprimés. Telle enfin a été notre assiduité au travail, que les matériaux de l’Histoire des deux premières races déjà rassemblés dans nos porte-feuilles et disposés dans leur ordre, sont prêts à être donnés au Public ; et que la Collection de ceux qui concernent l’Histoire de la troisiéme est assez avancée, pour que nous osions présumer de pou-