Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xv
PRÆFATIO.


tyrans Procule et Bonose avoient attiré à leur parti les Bretagnes, les Espagnes et les Provinces de la Gaule Narbonnoise. Comme la révolte de ces tyrans arriva l’an 280, il paroît que la ViennoiseLa Viennoise. étoit déjà cette année divisée de la Narbonnoise, et qu’elle faisoit une Province particuliere. Une Inscription rapportée par Gruter, page 166, nous apprend que la SequanoiseLa Sequanoise. étoit une Province séparée de la Belgique sous l’Empire de Diocletien. Lactance ou l’Auteur du Livre de la mort des persécuteurs, dit que sous cet Empereur les Provinces de l’Empire furent partagées. Belgique II.
Novempopulanie.
Lyonnoise II.
XI Provinces.
Aussi lui attribue-t-on l’érection de la Sequanoise, de la seconde Belgique, de la Novempopulanie et de la Lyonnoise seconde. Il est fait mention de cette dernière dans une Loi du Code Théodosien de l’an 312. On comptoit donc onze Provinces sous l’Empire de Dioclétien. On croit que l’Empereur Constantin en instituant les quatre Préfets du Prétoire de l’EmpireAlpes Maritimes.
Alpes Gréques.
XIII Provinces.
, a uni aux Gaules les deux Provinces des Alpes Maritimes et des Alpes Gréques : ce qui feroit treize Provinces.

L’Aquitaine n’était pas encore divisée en deux Provinces en 358 ; car S. Hilaire, en adressant cette année sa Lettre des Synodes aux Evêques de toutes les Provinces des Gaules, ne fait mention que d’une seule Aquitaine. Gruter, page 465, nous donne une Inscription de l’an 362, où Saturnin est appellé Président de l’Aquitaine : ce qui prouve qu’en cette année 362 l’Aquitaine IIAquitaine II. n’étoit pas encore érigée en Province : elle l’aura sans doute été entre cette année et l’année 370, puisque Sextus Rufus, dans l’Abregé des gestes du peuple Romain qu’il composa vers l’an 370, parle le premier de l’Aquitai-