Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xvj
PRÆFATIO.


ne II, en faisant l’énumération des quatorzeXIV Provinces. provinces des Gaules. On peut voir cette énumération page 564 de ce Volume.

Ammien Marcellin, qui écrivoit après Rufus, ne nous donne que douze Provinces ; il omet les Alpes maritimes et l’Aquitaine II. Ou ne peut pas dire pour l’excuser, que la Notice qu’il donne des Provinces des Gaules, soit rélative à l’année que Julien vint dans les Gaules : car outre que les Alpes Maritimes faisoient déjà une Province en 355, il paroît qu’il parle du tems auquel il écrivoit : On compte présentement, dit-il, telles Provinces dans toute l’étendue des Gaules. Il faut avouer bonnement que cet Auteur est très-peu exact : car entr’autres fautes qu’il fait en cet endroit, il attribue à la Lyonnoise I la ville de Bourges, qui appartenoit à l’Aquitaine I ; il donne aux Alpes Gréques Avenches qui étoit de la Sequanoise, et il place dans la Narbonnoise Eause, Métropole de la Novempopulanie.

Le Concile d’Aquilée de l’an 381 parle pour la première fois de la Narbonnoise IINarbonnoise II.. M. de Marca croit que cette Province fut érigée en 375 sous l’Empire de Gratien. On met encore sous le régné du même Empereur l’érection des deux Provinces Lyonnoise III etLyonnoises III et IV. Lyonnoise IV. Si nous joignons ces trois dernieres Provinces aux quatorze dont parle Sextus Rufus, nous aurons le nombre des dix-sept ProvincesXVII Provinces. énoncées dans l’ancienne Notice que nous a donné le P. Sirmond, et dans la Notice de l’Empire Romain. Nous avons imprimé la premiere en entier, et nous avons donné seulement des extraits de la seconde.

Il