Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xvij
PRÆFATIO.


Il y avoit sur la fin du quatriéme siécle de l’Eglise une division des Gaules en Gaules proprement dites et en Cinq ProvincesLes V Provinces.. Le Concile de Valence en 374 est le premier qui parle de cette division : sa Lettre Synodique est adressée aux bien-aimés Freres Evêques établis par les Gaules et les Cinq Provinces. L’Empereur Maxime écrit en 385 au Pape Sirice qu’il assemblera un Synode ou de toutes les Gaules, ou seulement des Cinq Provinces. Une Loi des Empereurs Arcade et Honoré de 399 est adressée à Proclien, Vicaire des Cinq Provinces. Enfin les Evêques du Concile de Turin en 401 adressent leur Lettre Synodique aux Evêques établis dans les Gaules et dans les Cinq Provinces. Quelles étaient ces Cinq Provinces ? c’est sur quoi les Savans sont fort partagés. Nous nous abstenons de rapporter ici leurs différens sentimens : nous nous en tenons à celui du P. Lacarry, qui croit que ces Cinq Provinces étaient l’Aquitaine, la Novempopulanie, la Narbonnoise, la Viennoise et les Alpes Maritimes. Voiez la Note que nous avons faite sur le titre de la Loi d’Honoré, page 763 de ce Volume. Nous observerons seulement ici, comme nous l’avons fait toutes les fois que l’occasion s’en est présentée, que l’Aquitaine étoit regardée par les Anciens comme un corps séparé des Gaules. Or cette partie des Gaules, qu’on appelloit l’Aquitaine, ne comprenoit pas seulement l’ancienne Aquitaine, mais encore toute l’ancienne Narbonnoise, comme le prouvent les Auteurs de la Nouvelle Histoire de Languedoc. Ainsi il paroît que l’on ne doit chercher les Cinq Provinces, qui faisoient un corps séparé du reste des Gaules, que dans l’ancienne Aquitaine et dans

Tom. I.
C