Page:Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome1.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xlvj
PRÆFATIO.
Adoration.adorant leurs Dieux se tournoient vers le côté gauche, c’est du moins ce que Pline nous apprend : car Athenée assure qu’ils adoroient les Dieux en se tournant à droite. Le P. Hardouin dans ses savantes Notes sur Pline, remarque que les anciens Gaulois se tournoient de la gauche à la droite : il me semble que les paroles de Pline disent tout le contraire, et que pour se tourner vers le côté gauche, in lævum, on ne peut le faire que de droite à gauche. Sulpice Severe dans la Vie de Saint Martin, rapporte que les Païsans avoient coutume de porter par les champs les StatuesStatues. de leurs Dieux couvertes d’un voile blanc. Les Actes de Saint Symphorien Martyr, dit Gregoire de Tours, portent qu’il y avoit à Autun un simulacre de Berecynthie ; le peuple idolâtre avoit coutume de porter dans un char cette Déesse pour la conservation des vignes et des fruits de la campagne, en dansant et en chantant devant sa statue. Berecynthie est la même que Cybele.


VI.

Des Mœurs et des Usages des Gaulois.

Je serois trop long, si je rapportais tout ce que les Auteurs disent des bonnes et des mauvaises qualités des Gaulois : il faudrait que je répetasse ce qui est répandu de côté et d’autre dans ce Volume ; et ce serait faire deux fois la même chose. Il suffit de consulter pour cela la Table des matières, principalement au mot Celtæ et Galli. Les Auteurs se contredisent souvent entr’eux sur le compte des Gaulois :