Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/409

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Si vous ne voulez pas avoir pitié de moi, j’en mourrai. (Page 413.)

— Chez une femme de qui dépend peut-être le bonheur de Mary, répondit Emma.

— Une femme !

— Oui, écoutez-moi. Ce matin, après votre départ, j’ai obtenu du valet de chambre d’Edgar tous les détails que je désirais avoir sur la vie de mon frère. J’ai appris qu’il était l’ami, le protecteur, — je ne sais comment vous dire cela, — d’une fille qui a sur lui une influence immense. On m’a, de plus, assuré que cette fille, que tout Londres connaît, n’aime pas Edgar et qu’elle est aussi bonne que belle. Elle est jeune, son cœur ne doit pas être encore perverti ; j’ai pensé à m’adresser à elle. Elle se nomme Saphir. C’est chez elle que nous nous rendons.

— Y pensez-vous, miss ? Vous, aller chez une de ces femmes !

— C’est notre seul espoir, James ! Il me semble que je trouverai, pour la