Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/158

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de garde, dans une assez vaste salle, à l’atmosphère épaisse et viciée, que deux lampes fumeuses éclairaient à peine.

La fille du célèbre pamphlétaire, celle qu’on appelait, enfant, « la petite madone », l’épouse dont l’âme n’avait jamais été souillée par une mauvaise pensée, était, comme une prostituée ou une voleuse, dans le bureau de la Permanence, l’antichambre de Saint-Lazare.