Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’enseigner la Loi était poursuivi. Des juifs renégats, devenus espions, traquaient les fidèles qui se réunissaient dans les lieux les plus secrets pour étudier le code sacré[1] ; on était réduit à le lire sur les toits. Les docteurs se virent poursuivis avec acharnement. L’ordination rabbinique entraînait pour celui qui confirmait et pour celui qui était confirmé la peine capitale[2]. Il y eut beaucoup de martyrs en Judée et en Galilée ; être juif fut un crime dans toute la Syrie[3]. À cette occasion furent, ce semble, exécutés les deux frères Julianus et Pappus, restés célèbres dans la tradition juive pour avoir préféré la mort à une apparente violation de la loi commise en

    doute abusivement (voir ci-dessus, p. 192, note 2). C’est par erreur que Spartien (Adrien, 14) met l’interdiction de la circoncision parmi les causes de la guerre ; cette interdiction en fut l’effet.

  1. Talm. de Jér., Hagiga, ii, 1 ; Talm. de Babylone, Hagiga, 15 a et b ; Midrasch sur Ruth, iii, 13 ; sur Koh., vii, 8. Cf. Derenbourg, Mél., 168 et suiv., 172-173.
  2. Talm. de Bab., Aboda zara, 8 b, 17 b, 18 a ; Sanhédrin, 13 b. Cf. Derenbourg, ibid., p. 167 et suiv.
  3. Derenbourg, Palest., p. 421, 436 ; Sifré sur Deutéron., § 307 ; Talm. de Bab., Aboda zara, 17 b, 18 a ; Berakoth, 61 b ; Sanhédrin, 12 a, 14 a ; Chulin, 123 a ; Midrasch Eka, ii, 2 ; Midrasch sur Prov., i, 13 ; sur Ps. ix et xvi ; sur Cant., ii, 7 ; Grætz, IV, 175-177, 464-465 ; Midrasch des dix martyrs, dans Jellinek, Beth hammidrasch, 1re partie, p. 64-72, 6Me partie, p. 19-55 et p. xvii-xix, et dans Annuario della soc. ital. per gli studi orient., 2e année, p. 169-192 ; publié aussi par Mœbius, Leipzig, 1854.