Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


secrètement, s’entendaient, s’aimaient. L’association « Voltaire et Rousseau » s’est faite par des nécessités analogues. Le moyen âge, à diverses reprises, chercha également, pour apaiser les haines des dominicains et des franciscains, à prouver que les fondateurs de ces deux ordres avaient été deux frères, vivant entre eux dans les rapports les plus affectueux, que leurs règles n’en firent d’abord qu’une, que saint Dominique se ceignit de la corde de saint François, etc[1].

Le Cérygme de Pierre et de Paul eut d’autant plus d’importance qu’il comblait les fâcheuses lacunes que présentaient les Actes des apôtres. Dans ce dernier livre, la prédication de Pierre était fort écourtée et les circonstances de la mort des apôtres étaient passées sous silence[2]. Le succès était assuré à un livre qui montrait Pierre et Paul allant partout de compagnie pour convertir les gentils, venant à Rome, y prêchant et y trouvant tous les deux la couronne du martyre. La doctrine qu’ils enseignaient, à en croire ce livre, était également éloignée du judaïsme et de l’hellénisme[3]. Les juifs étaient traités par eux comme

  1. Dante, Parad., xi, 28 et suiv. ; Wadding, Ann., I, 253-290 et suiv. ; III, p. 380 et suiv. ; Acta SS. Maii, II, 827 et suiv. ; Aug., I, 412, 484 et suiv., 560, 576 ; Oct., II, 865 et suiv., 876 et suiv.
  2. Canon de Muratori, lignes 33 et suiv.
  3. Fragm., dans Hilgenfeld, IV, p. 58-59.