Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fort littéraire, et il se trouve que l’inconnu n’est autre que le célèbre rabbin Tryphon ou Tarphon[1], qui a fui la Judée pour éviter la fureur de la guerre de Bar-Coziba, s’est réfugié en Grèce et demeure le plus souvent à Corinthe. On cause de Dieu, de la Providence, de l’immortalité de l’âme. Justin raconte comment, après avoir essayé de toutes les écoles et de tous les systèmes, il n’a rien trouvé de meilleur que d’adhérer au Christ. La controverse est vive alors. Justin accumule contre les juifs les plus sanglants reproches. Non contents d’avoir tué Jésus, ils ne cessent de persécuter les chrétiens. S’ils ne les tuent pas, c’est que le pouvoir les en empêche ; mais ils les accablent d’avanies, les chassent des synagogues, et, toutes les fois qu’ils le peuvent, les maltraitent, les assassinent, les supplicient. Les préjugés que les païens ont contre le christianisme, ce sont les juifs qui les leur ont inspirés ; ils sont plus coupables des persécutions que les païens mêmes qui les ordonnent. Ils ont envoyé de Jérusalem des hommes choisis pour répandre dans le monde entier les calomnies

  1. Voir les Évangiles, p. 69 et suiv. Cf. Eusèbe, IV, 18. C’est là, du reste, une simple fiction littéraire. Justin fait parler son docteur à sa guise. Les doctrines et la méthode du Tryphon de Justin n’ont rien de commun avec celles du Tarphon talmudique.