Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/468

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXIII.


MARTYRE DE POLYCARPE.


Polycarpe revint à Smyrne, selon nous, dans l’automne de 154[1] Une mort digne de lui l’y attendait[2]. Polycarpe avait toujours professé la doctrine que l’on ne doit pas rechercher le martyre ; mais bien

  1. Cf. l’Antechrist, p. 567.
  2. Lettre de l’Église de Smyrne au Philoméliens, etc., conservée dans Eusèbe, IV, 15, et dans les manuscrits. Édit. Zahn, Leipz., 1876. Comp. Irénée, III, iii, 4 ; Polycarpe, dans Eus., H. E., V, xxiv, 4. Il y est peut-être fait allusion dans Ign., ad Rom., 5, et dans les Actes de Thecla, 22, 27 et suiv. ; cf. Mart. Polyc., 16. Sur la date de l’événement, voir la démonstration de M. Waddington, dans les Mém. de l’Acad. des inscr., t. XXVI, 2e part., p. 232 et suiv. ; Fastes des prov. asiat., 1re partie, p. 219-221 (nonobstant K. Wieseler, Christenverfolg., 1878). Il se pourrait qu’au lieu de l’an 155, il faille prendre l’année 156. Voir Lipsius, Zeitschrift für wiss. Theol., 1874, p. 195), et Gebhardt, Zeitschrift für die histor. Theol., 1875, p. 337-395. M. Keim, pour échapper aux conclusions de M. Waddington, est obligé de repousser, contre toute vraisemblance, la donnée fondamentale que le martyre en question eut lieu sous le proconsulat de Titus Statius Quadratus (Geschichte Jesu, 1875,