Page:Renan - Le Judaisme comme race et comme religion, 1883.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’elles valent; mais suivons son raisonnement. Le mal, selon lui, est l’entraînement de la société romaine vers le judaïsme. Pourquoi y a-t-il tant de gens qui renoncent à la tradition romaine pour adopter la tradition des juifs ? C’est la faute de ceux qui ont d’abord embrassé les pratiques juives, sans s’astreindre à la circoncision. Les pères se sont mis à observer le sabbat ; ils ont été tout simplement des metuentes, des hommes craignant Dieu ; les fils se font circoncire et deviennent des juifs ardents.

Vous voyez que la grande propagande qui s’est faite depuis Alexandre jusque vers le IIIe siècle de notre ère s’est faite surtout (ceci est hors de doute) au profit du christianisme, mais s’est faite aussi au profit du judaïsme étroit, impliquant les pratiques rigoureuses de la vieille religion d’Israël. Oui, le monde, à une certaine époque, dégoûté des anciennes religions nationales, s’est converti du paganisme au monothéisme. Cette conversion s’est principalement faite par le christianisme, mais elle s’est faite aussi par le judaïsme. Je vous ai cité quelques textes ; je pourrais vous en citer d’autres. Transgressi in morem eorum, dit Tacite, idem usurpant (Hist., V, 5.) Il s’agit là de la circoncision. Selon Tacite, ceux qui passaient au judaïsme se faisaient circoncire. Il y avait donc, parmi les convertis, des gens qui menaient la vie juive sans être circoncis, et d’autres qui étaient de véritables juifs.

Une distinction profondément significative est celle qui est établie par une loi d’Antonin le Pieux, com-