Page:Renard - Le carnaval du mystère, 1929.djvu/104

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
96
le carnaval du mystère

déboucla. Bébert ouvrit la petite au moyen d’une fausse clef.

Alors apparurent, pêle-mêle, des couverts d’argent, des flambeaux massifs, des plateaux d’orfèvrerie, des armes riches…

Bébert se mit à rigoler.

— Ça vaut quinze ! dit-il. Notre dégourdi a cambriolé la taule ! Tu parles d’un as !

Mais Freddy empoigna, parmi les armes, une dague suspecte.

— Du sang ! Du sang frais, nom de Dieu !

L’autre malle fut crochetée fiévreusement. Elle contenait le cadavre tiède et recroquevillé d’une femme peu vêtue.

Livide, faiblissant, Pattemolle bredouilla :

— Pas de blague… Chez le commissaire, en vitesse !

Soudain, Bébert fut aux écoutes.

— Trop tard ! dit-il. On est foutus. Ah ! la crapule d’assassin qui nous a refaits ! Si encore on n’avait pas brûlé le papelard !… Foutus !

Des pas montaient l’escalier, et la voix de la logeuse se rapprochait, émue et criarde :

— La police, messieurs dames ! Ouvrez vos portes, s’il vous plaît !