Page:Renard - Le carnaval du mystère, 1929.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
le carnaval du mystère

nâmes vers lui des visages de joyeux et intéressés confidents.

— Voici donc, fit-il tout bas avec une grimace de la dernière drôlerie. Nous allons nous retirer, chacun dans sa chambre, comme réellement en vue de dormir. Hoop, à coup sûr, veillera dans la bibliothèque, à son ordinaire, jusqu’à une heure avancée. Et quand sonnera minuit, un spectre effroyable…

— Oh ! Oh ! Mais…, voulut objecter Wickenhead.

— Soyez tranquille ! reprit Bloomstetter. Entr’ouvrez seulement vos portes, au premier sanglot du fantôme, et vous verrez si votre vieux Blooms est un bon acteur !

— Va donc pour la farce ! accepta Wickenhead.

Il est certain que nous avions fait subir une large atteinte aux liqueurs de notre ami. Cependant M. Trudgles, qui toutefois avait le feu aux pommettes, me dit, avec un coup d’œil dans la direction de Bloomstetter :

— Dangereusement ivre, ce gentleman. Voyez : sa figure ressemble à une grosse prune. Je pense que c’est à ses dépens que nous allons rire !

Mais moi-même je n’entendais les paroles de l’honorable M. Trudgles qu’à travers l’aimable bourdonnement de mes oreilles.

Il était onze heures, fort exactement. En