Page:Revue Musicale de Lyon 1903-11-17.pdf/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
55
revue musicale de lyon


Lyonnaise était bien créée, elle existait et pouvait s’affirmer. Dans le cours de la saison 1902-1903, elle donne quatre grands concerts, en même temps qu’elle prêtait son concours à la fête des Anciens Élèves des Lazaristes, où elle exécutait un oratorio de Th. Dubois et au grand concert de la Schola Cantorum Lyonnaise.

Enfin, un nouvel honneur était réservé à la Symphonie Lyonnaise. Désignée par le Comité du Centenaire Berlioz, pour remplir la partie orchestrale des fêtes données à la Côte-Saint-André, elle eut le glorieux devoir de faire entendre pour la première fois, aux Côtois, les œuvres de leur génial compatriote.

L’honneur était périlleux, et malgré toute la bonne volonté des musiciens et de leur chef, on pouvait craindre que la tâche ne fût au-dessus des forces de la Symphonie. Celle-ci soutint cependant, dignement, le rôle qui lui incombait, et le résultat fut tout à son avantage.

La Symphonie Lyonnaise a fait sa rentrée mercredi en donnant aux Folies-Bergère un grand concert dont nous donnons plus loin le compte rendu.

Voici, à titre de documents, les programmes des quatre concerts donnés pendant la saison 1902-1903.

1er concert
1. 
4e symphonie en si bémol. 
 Beethoven.
2. 
Air de Rinaldo (Mlle Dauphin). 
 Haendel.
3. 
Ouverture de la Flûte enchantée
 Mozart.
4. 
Suite en
 Saint-Saëns.
5. 
Plaintes au Vent
 Mariotte.
 
Le Vautour (Mlle Dauphin). 
 —
6. 
Ouverture du Roi d’Ys
 Lalo.
2me concert
œuvres lyonnaises
1. 
Ouverture de Taï-Tsoung
 Guimet.
2. 
Trois Pièces dans le Style ancien
 Jemain.
3. 
Ouverture pour le Roi Lear 
 Savard.
4. 
Symphonie en fa
 V. Neuville.
5. 
Légende, pour violon (M. Rosset). 
 Mariotte
6. 
Deux Poèmes (M. Drevet). 
 Tremisot.
7. 
Ouverture Symphonique
 A. Reuchsel.


3me concert
1. 
Ouverture d’Hænsel et Gretel
 Humperdinck.
2. 
Holberg-suite
 Grieg.
3. 
Stances de Polyeucte (M. Millet) 
 Gounod.
4. 
Marche funèbre d’Hamlet
 Berlioz.
5. 
2e concerto en sol mineur (M. Mariotte). 
 Saint-Saëns.
6. 
Introduction du 1er acte de Fervaal
 V. d’Indy.
7. 
Air du Freischülz (M. Millet). 
 Weber.
8. 
Morceau symphonique de Rédemption 
 C. Franck.
4me concert
1. 
Ouverture de La Vie pour le Tsar
 Glinka.
2. 
Dans les Steppes de l’Asie Centrale
 Borodine.
3. 
a) Résignation
 C. Cui.
 
b) De quel Nom t’appeler ? 
 —
 
c) La Reine de la Mer (Mlle Janssen). 
 Borodine.
4. 
Ouverture de Patrie
 Bizet.
5. 
Prélude du Déluge, solo de violon (M. Rosset). 
 Saint-Saëns.
6. 
Rêves (Mlle Janssen). 
 R. Wagner
7. 
1e symphonie en mi bémol. 
 Saint-Saëns.
Séparateur feuille2.svg Séparateur feuille2.svg Séparateur feuille2.svg

Le concert de mercredi dernier marque un progrès très sensible sur ceux de la saison dernière. L’ensemble est plus ferme, moins flottant, les cuivres sont presque très bons et — chose extraordinaire — les seconds violons ont suffisamment fait entendre leur partie jusqu’alors si sacrifiée. La direction de M. Mariotte est toujours excellente.

Les parties les plus réussies ont été l’exécution de la Symphonie en ut de Beethoven, très satisfaisante encore qu’un peu lourde dans le Menuetto et celle de la Suite Algérienne de Saint-Saëns dans laquelle certains solistes ont joué comme de vrais professionnels. L’interprétation du Prélude du 3e acte des Maîtres-Chanteurs a été suffisante malgré sa difficulté et en dépit de quelques fautes des cors et des seconds violons. Nous ne parlerons pas des Sonatines d’automne de M. Mariotte, très bien interprétées par Mme Mauvernay ; elles font l’objet d’une bibliographie que nos lecteurs trouveront plus loin.

Nous sommes très heureux de constater