Page:Revue de l'art ancien et moderne, juillet 1906.djvu/456

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

PAUL RENOUARD 373 l'Opéra , Renouard l'a porté en effet dans le portrait. S'il convient, sem- ble-t-il dire, que les hommes illustres ou notoires soient représentés par de graves observateurs en leurs attitudes et en leurs allures de céré- monie, il faut aussi, pour que leur gloire et leur «vérité» soit complète, qu'on les montre en leurs aspects familiers et quotidiens, en la réalité pro- fonde et piquante à la fois du déshabillé de leur âme. C'est là le rôle du croquiste et de l'illustrateur. Si celui-ci a l'esprit chagrin, l'humeur sombre et morose, il soulignera avec férocité le contraste entre cette réalité coutumière, ce déshabillé, et l'allure officielle, la solennité apprise des personnages qu'il observe. Il sera Gavarni ou Daumier, Abel Faivre ou Léandre, il verra sous la physionomie de chaque passion humaine se dessiner l'ossature de la passion bestiale. Si, au contraire, l'amabilité de son instinct ou la sagesse acquise lui ont enseigné l'indulgence, il se contentera de voir ses con- temporains en homme d'esprit qui sait ce que cachent les masques, mais qui aime mieux les soulever à la dérobée sans avoir l'air d'y toucher que de les arracher brutalement. Jamais, en effet, le dessin de Renouard ne tombe dans la caricature, mais il y confine, et cette façon doucement ironique qui domine dans l'album jubilaire de la Belgique, on la retrouve dans toutes les séries où il lui a plu de fixer les gestes et les expressions des personnages contemporains. S'il dessine un orateur, M. Deschanel, par exemple, ou M. Jaurès, ou Mc Labori il ne déforme pas le geste, mais il le souligne avec une raillerie qui, pour être tou- jours fine et courtoise, n'en porte pas moins très bien. C'est ce qui fait que chacune de ses séries, chacun de ses reportages est un document psy- chologique de premier ordre. Voici le procès Dre)r- fus à Prennes, avec l'infinité de ses personnages tous plus ou moins représentatifs des grands cou- rants moraux qui se partagent notre temps. Voici le pro- cès Humbert, avec ses protagonistes naturellement câri-