Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
168
VARIÉTÉS.

ce point, diverses expériences. Nous avons ici des scorpions, des cérastes, etc., etc. Tout cela sera mis au net dans le courant de janvier.

Pariset.


UN PALABRE (ASSEMBLÉE PUBLIQUE) CHEZ LES NÈGRES FELOUPS.
(Communiqué par M. Perrottet.)

… Sur la rive droite de la Cazamance, et non loin de son embouchure, sont disséminées, dans un assez grand espace, les cases du village de Hitou, appartenant aux Feloups-Yolas. Habitées par un peuple de mœurs douces et sociables, ces cases offrent entre elles, pour faciliter les relations amicales des familles voisines, des portes de communication pratiquées dans les murs qui forment l’enceinte de chaque cour. L’intérieur de la case est dévolu, sans exception aucune, à tous les membres de la famille, hommes, femmes, enfans et bestiaux de toute espèce ; tout rentre le soir, pêle-mêle dans la hutte commune, bâtie en entier de pisé (terre glaise), où la lumière et l’air ne peuvent guère pénétrer que par l’ouverture qui en forme l’entrée.

Aux environs du village, d’immenses amas de coquilles d’huîtres, accrus chaque jour par la grande consommation que les habitans font de ce mollusque, servent de dernier asile et de monument funéraire aux morts de la peuplade : étranges tombeaux, dont une religieuse vénération consacre désormais l’inviolabilité.

Dans un rayon plus étendu se déroulent les vastes rizières dont les produits forment la base de la nourriture de ces peuples simples et sauvages.