Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
481
ET NOUVELLES.

le plus désirer serait la reconnaissance complète de la rivière Dourga, qui se trouvera probablement être un détroit, formant ainsi une île de la partie méridionale de la Nouvelle-Guinée.


AFRIQUE.


GUINÉE. — Nouvelle expédition des frères Lander. — Les frères Lander, dont l’un (Richard) a été domestique du capitaine Clapperton, viennent de mettre à la voile de Spithead, pour la côte occidentale d’Afrique. Ils sont porteurs d’une lettre du secrétaire d’état pour le capitaine du premier vaisseau de guerre que le hasard leur fera rencontrer, lequel devra les conduire à Badagry, et les présenter à Adoli, roi de ce pays, au nom de son souverain, comme des personnes auxquelles le gouvernement anglais s’intéresse particulièrement. Ces deux voyageurs doivent se rendre de là à Katunga, et ensuite à Boussa, où périt Mungo-Parck, à l’effet de suivre le cours du Niger jusqu’à sa fin. Si ce fleuve débouche dans le golfe de Benin, ils reviendront par cette route ; si, au contraire, il coule à l’est, et se décharge dans le lac de Tschad, ils traverseront le grand désert de Tripoli, et s’en retourneront par le Fezzan.



MADAGASCAR. — Expédition française contre les Ovas [1]. — Après les affaires des 11 et 16 octobre, dont la première a eu pour résultat la destruction du fort de Tamatave, et la seconde la défaite des Ovas, au village d’Ambatoumanoui, la Terpsichore, la Nièvre et la Chevrette vinrent se présenter devant Foulpointe le 26 du même mois, et mouillèrent à une grande portée de la côte.

  1. Voyez notre cahier de janvier.