Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 7.djvu/636

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.


----


30 août 1832.


Le calme plat a continué de régner toute cette quinzaine sur l’océan politique.

La diplomatie s’est occupée de soigner sa santé. Elle a gardé le lit, elle est allée aux eaux ; bref la paresseuse a pris ses vacances et n’a fait œuvre de ses doigts.

Les affaires de don Pedro n’ont guère avancé non plus. L’ex-empereur paraît, il est vrai, n’être point pressé. Il se trouve bien à Porto, sans doute ; il y reste.

Quant à Léopold dont les démêlés avec Guillaume ne finissent point, et qui s’est marié probablement pour prendre patience ; enmenant chez lui sa jeune femme, il s’en est retourné comme il était venu, à travers une haie bien serrée de maires et de sous-préfets, et sous un feu bien nourri de harangues et de congratulations municipales.

Une anecdote qui se rattache à cette alliance a été commentée de diverses façons. Chacun sait qu’un ex ambassadeur à Saint-Pétersbourg n’avait point cru devoir profiter de l’honneur qu’on voulait bien lui faire en l’admettant à figurer comme témoin dans cet auguste mariage. Le ci-devant ambassadeur ne trouvait peut-être point les contractans d’assez bonne maison ! qui sait ? Quoi qu’il en soit, cet étrange refus, expliqué par la Quotidienne tout au profit de la légitimité, n’aurait point eu, à ce qu’il semble, les louables mérites de désintéressement et de fidélité que ce journal lui attribue. Les ambassadeurs sont de chair comme les autres hommes. Or, selon la version qui nous est parvenue, celui dont il s’agit ici, lors de la révolution de juillet, se serait trouvé vivement épris d’une très grande et très belle dame qui sympathisait peu avec les exilés d’Holy-rood. Pour obtenir un regard de ses yeux, sans doute le noble personnage eût fait volontiers la guerre, sinon aux dieux, du moins aux rois de la branche aînée. On n’exigea pas tant de lui. Il lui fallut seulement aller près du czar en qualité d’ambassadeur de la branche cadette.