Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/554

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


54-8 REVUE DES DEUX MONDES.

fums, de lumière et de voix. Chaque fleur porte son diamant d’où jaillit rarc-en-ciel ; mille insectes de flamme tremblent au cou des marguerites. L’arc-en-ciel, double nature, merveille qui tient à la terre par une goutte de rosée, au firmament par im rayon de soleil, et qui tout à coup se dissipe sans qu’il reste enveloppe ni chrysalide ; l’arc-en-ciel ! illusion ! rêve ! Salut, terre ! salut ! à te voir si magnifique, on dirait que tes soleils ont aspiré les âmes d’une autre sphère pour les verser en pluie au calice de tes fleurs. Terre ! te souvient-il d’hier au soir, de cet homme insensé qui brisait les plantes sous ses pas, et dont le bruit empêchait tes morts de s’endormir ? Eh bien ! le voilà, ce don Juan, heureux et comme toi plein de fraîcheur et— d’harmonie. merveille ! tout un Eden fleurit autour de moi. Auréoles, sons, parfums, tout cela tinte et flotte et tremble dans l’espace, et si je me recueille, d’autres musiques chantent en moi, d’autres soleils luisent en mon esprit. Qui m’apprendra dans cette confusion à séparer la couleur du reflet ? grâce, mon Dieu ; assez d’extase et de mélodie, assez. Le vertige me prend, ma tête s’égare au milieu de tout ce bruit, je n’entends plus la voix de mon ame. Salut, terre ! salut ! Oh ! qui jamais eût dit, en te voyant sombre et livide hier au soir, que tu serais bientôt si fraîche ? Oh ! qui jamais eût dit que cette sorcière, qui frissonnait dans sa cape de brouillards, boirait encore une fois la vie et la jeunesse dans la coupe du matin ? Gomme te voilà belle avec tes longs cheveux qui flottent parmi les rayons du soleil ! O terre, enivre-moi de tes parfums, laisse don Juan ouvrir sur toi ses ailes d’ange ! Double miracle ! six heures, et le chaos s’est illuminé ; six heures, et plus de nuit, plus de doute, partout la lumière, partout la foi ! six heures, et le soleil a fait de la terre un jardin, et de mon ame un paradis où mille oiseaux chantent à leur éveil ! six heures, et deux ennemis irréconcihables, la terre et don Juan, en sont venus à se donner la main pour leurs fiançailles ! O terre ! nous nous sommes transfigurés en même temps, toi par la rosée, moi par les larmes. Commandeur, c’est une volupté sans pareille lorsque les étoiles vous regardent avec mélancolie et que les fleurs vous disent : Mon bien-aimé !

LE C03DIArsDEUR.

Conviens, doî ! Juan, (|u’hier au soir tu ne soupçonnais pas