Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 2.djvu/557

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE SOU !>EK CHEZ LE COJDIAiNDEUR, 5ol

Si l’Espagne avait à se faire représenter dans le ciel , c’est vous qu’elle choisirait, moines et guerriers de cet enclos. Quel est donc cet homme à la mine austère, et qui semble conduire la procession de tes aïeux ? il n’est pas né d’hier, celui-là, commandeur. A son arnmre qui s’effeuille, à ses épaules couvertes de mousse, on voit qu’il va bientôt atteindre à la vieillesse du granit. N’importe, il est encore ferme sur ses jambes , et le piédestal pourra bien crouler avant la statue. Son nom ?

LE COMMANDEUR.

Valero , cousin du Cid et mort au siège de Tolède. DON JUAN.

tient son épée à la main , et dès qu’il cesse de chanter, on dirait 

qu’il écoute s’il n’entend pas venir les Maures. — Et cet autre chauve et maigre, qui porte un Hvre sous son bras ? LE COMMANDEUR.

Domingo Palenjuez, docteur en théologie à Salamanque : tu vois à côté de lui son fils Onorio qui fut à trente ans archevêque et prince de l’église.

DON JUAN.

Comme ils sont tous occupés au grand œuvre de leur vie ! On dirait que leur pensée aussitôt après la mort est venue en ces tètes de pierre , et qu’elle s’y développe mieux à l’aise , pareille à la fleur transplantée en un vase plus grand. Quelle foi profonde ! quelle sévère expression de visage ! Quand ils n’auraient pas le costume de leur ordre, quand leur caractère ne serait pas écrit sur le piédestal , il suffirait de les regarder en face pour savoir quel travail ils ont accompli. Comme ils sont tous occupés du grand œuvre de leur vie ! En vérité , commandeur, vous devez avoir d’étranges entretiens aux rayons de la lune , quand le guerrier parle d’armures et de batailles à son neveu le docteur qui développe une théorie ; et, possédés tous comme vous l’êtes par une seule idée, il me semble que vous ne devez pas toujours bien vous entendre. LE COmiANDEUR.

Tu dis vrai, don Juan ; mais lorsqu’il nous arrive par hasard de nous égarer dans les détails de notre vie terrestre , le premier de nous qui s’en aperçoit lève la main , et dès lors nous entonnons tous MU chœur afin de remonter par l’harmonie à la pensée universelle !