Page:Revue des Deux Mondes - 1834 - tome 4.djvu/776

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. THIERS A L’ACADÉMIE FRANÇAISE.

La réception de M. Thiers à l’Académie française avait attiré samedi dernier un concours inaccoutumé de spectateurs. Les cinq classes de l’Institut se pressaient autour du jeune ministre. Mais une figure surtout attirait l’attention ; c’était M. de Talleyrand, réintégré par la révolution de 1830 dans la section des sciences morales, et qui venait assister au triomphe de son élève.

La position du récipiendaire était délicate, et ce n’était pas trop de l’habileté bien reconnue de l’orateur pour éluder toutes les difficultés de la séance. Avoir fait attendre si long-temps un discours de réception ! avoir traité comme un intermède, comme un délassement, les honneurs académiques ! avoir dit au premier corps littéraire de France : « Messieurs, je vous remercie de m’avoir nommé ; mais les affaires du conseil dévorent toutes mes journées. Trouvez bon qu’un ministre de sa majesté s’occupe d’abord du salut de l’état ; dans quelques mois, si les factions s’apaisent ou sont terrassées par mon génie, quand le ciel plus serein nous permettra de respirer librement, je vous préviendrai, et vous donnerai mon heure. » Cela sentait terriblement le marquis de Mascarille. Mais le mal était fait, il n’était plus possible de revenir sur une première maladresse.

L’éloge d’Andrieux n’était pas un thème très abondant. M. Thiers l’a bien senti. Le Meunier sans souci, Anaximandre, les Etourdis et le Manteau pouvaient tout au plus défrayer quelques périodes. En homme consommé dans les ruses du métier, l’orateur a pris le parti de Simonide pour l’éloge de son hôte. Il a saisi la transition toute naturelle du tribunal d’Andrieux à l’histoire politique de la France. Il était là sur son terrain, il se retrouvait au milieu de ses idées de chaque jour. Le jugement qu’il a porté sur l’égoïsme de Napoléon, samedi dernier, n’est pas en tout conforme à ses opinions de 1828. Lorsqu’il racontait, avec une franchise poétique à force de vérité, les campagnes d’Italie et d’Egypte, il n’était pas si indulgent au génie. Sans rabaisser la volonté ambitieuse du guerrier, il mettait la gloire au service de la liberté, et n’amnistiait pas avec une si large clémence la dictature militaire. Cette remarque n’a pas échappé à l’auditoire ; mais depuis quatre ans l’orateur n’en est plus à compter ses palinodies. De l’histoire de la constituante au gouvernement de la restauration, il y a si loin, vraiment, que nous aurions mauvaise grâce à chicaner le récipiendaire pour quelques pouces de terrain. — ( ???) aux malices inoffensives adressées par M. Thiers aux novateurs ( ???)