Page:Revue des Deux Mondes - 1839 - tome 17.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par tant de circonstances, sont animés d’une même foi religieuse ; ils reçoivent les mêmes enseignemens de la bouche d’un clergé également populaire. D’où vient donc cette opposition profonde dans l’ensemble de la condition sociale ? Comment l’expliquer autrement que par les antécédens historiques et le testament de vengeance légué en Irlande aux générations à venir ? Le Breton se résigne sans effort à une pauvreté dont rien ne vient aggraver le poids ; il ne se croit pas, comme l’Irlandais, dépouillé par la tyrannie ; sa pensée ne se berce pas des rêves d’une félicité primitive et de la dangereuse poésie d’un âge d’or. La religion, qui, pour lui, n’a que des paroles de paix, répand sur sa vie la sérénité, si ce n’est le bonheur, et la pensée chrétienne se produit en son ame sans mélange d’amers ressouvenirs et d’impressions haineuses. Les propriétaires sont ses soutiens, au lieu de lui apparaître comme des ennemis héréditaires ; ses prêtres répandent sur lui le surplus d’une aisance que la charité publique rend abondante, et les souffrances de son corps n’atteignent pas son ame dans la plus noble partie d’elle-même. Le fils de la Bretagne ne voit pas s’élever à côté de sa cabane l’opulente demeure de l’étranger, ou près de son modeste presbytère la maison d’un ministre dont il doit alimenter le luxe par son travail, et le clocher de son église chérie monte seul et fier au-dessus des habitations des hommes. Il peut se promener avec orgueil sur ses grèves et dans ses bruyères ; aucun monument de servitude n’y vient humilier son regard, et du haut du dolmen druidique le souvenir de ses pères descend sur lui sans nuage.

Le passé, voilà ce qui pèse si douloureusement sur l’Irlande ; c’est là l’obstacle que l’Angleterre n’écartera qu’à force de patience et de temps, de persévérance et de sincérité. En vain tous les systèmes ont-ils été appliqués, toutes les combinaisons épuisées, tout, hors la justice, hors la ferme volonté d’effacer enfin jusqu’aux dernières traces de la suprématie religieuse et politique, en admettant les deux peuples à la pleine jouissance des mêmes droits, sur le pied d’une parfaite égalité. Après avoir fait, pendant deux siècles, du parlement de Dublin une machine de guerre, et comme un instrument de servitude pour la masse de la population indigène, l’Angleterre espéra rendre la soumission de l’Irlande plus facile en lui retirant ce triste et dernier simulacre d’indépendance. Cependant M. Pitt avait à peine obtenu le vote de l’union [1], sur le coup d’une insurrection à peine

  1. L’acte d’union régissant aujourd’hui les rapports des deux royaumes et leur organisation intérieure, on doit en rappeler les dispositions proposées par M. Pitt en 1799, et votées l’année suivante.
    Les deux îles sont unies en un seul royaume, sous le nom de royaume-uni de Grande-Bretagne et d’Irlande.
    La succession à la couronne reste telle quelle était. Le royaume-uni est représenté par un parlement commun, dans lequel un nombre de pairs et de membres des communes non encore réglé siège pour l’Irlande.
    Les églises d’Angleterre et d’Irlande sont maintenues telles qu’elles sont établies par la loi.
    Les sujets irlandais de sa majesté britannique ont les mêmes privilèges que ceux de la Grande-Bretagne pour le commerce et la navigation.
    Les mêmes droits sont acquittés par l’Angleterre et l’Irlande. Le paiement de l’intérêt de la dette de chaque royaume est toujours effectué séparément par l’Irlande et par l’Angleterre. Les dépenses ordinaires du royaume-uni sont payées en commun par les deux îles, d’après des proportions convenues et fixées.
    Toutes les lois en vigueur et toutes les cours ecclésiastiques et civiles de chaque royaume n’éprouveront que les changemens dont la nécessité serait démontrée par la suite au parlement-uni.
    Lors du vote définitif, il fut stipulé que l’Irlande fournirait au parlement quatre pairs spirituels et vingt-huit pairs temporels, et cent représentans à la chambre des communes. Nous avons dit ailleurs que le reform-bill avait élevé ce nombre à cent cinq. C’est contre cette fixation que proteste aujourd’hui l’Irlande.