Page:Revue des Deux Mondes - 1840 - tome 21.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec cette unité, cette valeur, cet attrait de la supériorité individuelle. Les qualités de tous sont en lui comme elles ne sont chez personne. Il ressemble à tous, mais il n’a point d’égal. Il est, comme le disait un orateur en annonçant sa mort au sénat, le premier dans la guerre, le premier dans la paix, le premier dans le cœur de ses concitoyens. « Tout ce qui est grand, tout ce qui est bon, lui écrivait l’homme qu’il aima le plus, M. de Lafayette, ne s’était pas jusqu’à présent trouvé réuni dans le même individu. Jamais il n’avait existé d’homme que le soldat, le politique, le patriote et le philosophe pussent également admirer ; et jamais révolution ne s’était accomplie qui, dans ses motifs, sa conduite et ses conséquences, pût si bien immortaliser son glorieux chef [1]. » Telle est la pensée qui a été développée dans cet article.

Terminons par un mot ce que nous avions à dire sur Washington ; il fut heureux ; ou, du moins, si l’on suit l’opinion commune, et que l’on croie le bonheur renfermé dans les conditions médiocres, si le bonheur est un mot inconnu dans le monde de la politique, dans la région du gouvernement, disons que Washington fut le plus heureux des grands hommes.

A présent que pensera-t-on de notre question : Les grands hommes sont-ils encore possibles ? Si l’on ne trouve d’obstacle à la manifestation de ces natures d’élite que dans les principes et les formes modernes des sociétés, l’exemple de Washington a répondu. Sa grandeur est dans le goût du siècle, et la civilisation n’y trouve rien à reprendre.

Mais ce n’est pas de nos principes qu’il s’agit, c’est de nos défauts. Il est de mode, aujourd’hui, de rechercher tous les défauts des sociétés démocratiques. C’est un texte fertile en commentaires. Dans les pays dévots, on ne se croit éclairé que si l’on parle mal de la religion ; dans les sociétés démocratiques, c’est faire preuve d’esprit que d’en médire. Des partis qui se disaient populaires, les ont si follement, si indignement flattées, qu’une réaction s’est faite, et qu’on voit naître chez un grand nombre une disposition à juger la politique du siècle du point de vue du misanthrope.

Ainsi, que ne dit-on pas de la société américaine ? Depuis quelques années, les États-Unis, gouvernement et nation, sont un peu déchus dans l’opinion commune. De là peut-être une sérieuse

  1. Lettre au général Lafayette,1785.