Page:Revue des Deux Mondes - 1842 - tome 31.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lion, et finit par celui du cancer, comme les zodiaques de Denderah ; il a eu pour objet, on en est certain, d’indiquer que le personnage était né sous le signe du capricorne, et tout fait supposer que les cinq autres zodiaques étaient principalement astrologiques.

Tout cela n’empêchait point encore que le zodiaque, pour n’avoir pas été figuré sur des anciens monumens, ne pût être connu en Égypte à un âge très reculé. Cependant M. Letronne acquit bientôt la preuve que le zodiaque n’était pas originaire d’Égypte, et qu’il n’y était venu que fort tard. Ceci semble bien paradoxal, l’on n’a guère d’envie d’être convaincu, mais il est mal aisé de résister aux preuves de M. L etronne.

On doit distinguer dans le zodiaque deux choses très différentes et souvent confondues, sa division en un certain nombre de parties égales et les signes des constellations. Tous les peuples ont dû observer que le mouvement de la lune dans le ciel s’opère en un peu plus de vingt-sept jours, et que la course du soleil est marquée par environ douze pleines lunes. La division du calendrier lunaire et du calendrier solaire était indiquée par ces nombres, et peut ainsi se retrouver la même chez des peuples qui n’ont eu entre eux aucune communication ; mais les groupes d’étoiles sont susceptibles d’être composés de vingt manières différentes, et n’ont rien que d’arbitraire. L’usage des mêmes groupes et des mêmes figures, chez deux peuples, suppose donc nécessairement que l’un des deux les a reçus de l’autre. Or, nous retrouvons en Égypte et dans toute l’Asie le même zodiaque solaire qu’en Grèce, avec les mêmes signes. Personne ne mettait en doute son origine orientale. On ne se disputait que sur le peuple à qui il fallait attribuer son invention. Dupuis faisait le zodiaque originaire d’Égypte. Voyons si la chose est possible.

Le zodiaque égyptien a les mêmes signes que le zodiaque grec, mais les figures des autres constellations sont toutes différentes sur les deux sphères. Cela prouve que les deux sphères ont une origine distincte, et que le zodiaque a été transporté sur l’une d’elles après coup. Le zodiaque égyptien a douze signes. Le zodiaque grec n’en a d’abord eu que onze : le scorpion servait pour deux signes, et ses serres n’ont été remplacées par la balance que vers le premier siècle avant Jésus-Christ. Or, il serait incompréhensible que d’un zodiaque en douze divisions et douze figures, les Grecs eussent pris les douze divisions, et seulement onze des figures et ne se fussent décidés que beaucoup plus tard à introduire la douzième. Évidemment, le