Page:Revue des Deux Mondes - 1852 - tome 14.djvu/1184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


humeur qu’excitait invariablement chez lui la perspective d’un mémoire à solder.

— C’est la vérité, dit Robert en tendant le papier ; la note des transports de marchandises faits par notre bac pour maître Richard m’est tombée tout à l’heure sous la main, et je l’ai prise à cette fin que la Renée fasse elle-même les calculs de ce qui nous est dû…

— C’est bon, interrompit le boisier, qui cherchait un subterfuge pour éloigner cette vérification ; mais, quand tu es entré, il s’agissait d’autre chose.

— Ah ! oui, dit Robert un peu embarrassé ; maître Richard, il m’a semblé, parlait des idées de M. Lenoir à propos de la Renée…

— Qui le refuse, acheva le grand boisier, et il paraîtrait que tu en sais la cause, toi ?

— Ça se pourrait tout de même, reprit le passeur en souriant, et m’est avis que vous devez bien aussi vous en douter, maître Richard quand une jeunesse refuse un mari, on peut toujours croire qu’elle pense à quelque autre.

— Ah ! c’est donc ça ? interrompit Richard, qui fixa sur la jeune fille des yeux menaçans : la pèlerine a trouvé elle-même son pèlerin ? Eh bien ! sang de Dieu ! je serais bien aise de le connaître ! Son nom, voyons, son nom ?

Renée fit un geste pour empêcher le passeur de répondre ; mais il était trop avancé et eût d’ailleurs rougi de reculer.

— Notre voisin doit le connaître, répliqua-t-il, lui qui appelle tous les jours le gars Urbain pour le passage.

— Quoi ! ce serait ton fils ?

— Vous l’avez dit.

Le grand boisier frappa des deux mains sur la table et se leva.

— J’aurais dû m’en douter ! s’écria-t-il : on passait le bac trop souvent, tôt ou tard le feu devait prendre aux étoupes ; mais j’en suis fâché, mon vieux, le petit conducteur est mieux notre fait, et ton gars n’a qu’à chercher ailleurs.

La jeune fille baissa la tête en joignant les mains ; Robert ne parut point accepter cette réponse comme définitive.

— Maître Richard doit se rappeler que rien ne peut se faire sans la Renée, dit-il, et, pour sûr, elle ne donnera son consentement qu’à celui qui aura son amitié.

— Tu crois ? répondit l’entrepreneur ironiquement ; eh bien ! moi, je te dis que je la conduirai au prêtre comme on conduit un enfant à l’école, entends-tu bien ?

— Faudra voir ça, reprit le passeur en secouant la tête, et faut croire qu’elle dira sa volonté.

— Qu’elle la dise alors ! interrompit Richard ; tonnerre du ciel, qui