Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 23.djvu/678

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DES
FORCES ÉLECTRIQUES
ET DES
RÉCENTES APPLICATIONS DE L’ÉLECTRICITÉ.

I. Aug. de La Rive, Traité de l’Électricité théorique et appliquée, Paris 1854-58. — II. Th. du Moncel, Exposé des applications de l’Electricité, Paris 1854. — III. Ant. d’Abbadie, Sur le Tonnerre en Ethiopie, Paris 1858. — IV. A. Becquerel, Application de l’Électricité à la thérapeutique, 1837. —V. Divers mémoires sur les efforts de la foudre, dans l’American Journal of Science and Arts.




La marche des sciences physiques est essentiellement complexe. L’observation conduit à des vues théoriques sur les phénomènes de la nature, ces vues suggèrent la construction d’appareils qui développent bientôt des phénomènes nouveaux, et les conceptions théoriques primitives se modifient en conséquence; enfin la théorie rectifiée ou agrandie donne naissance à d’autres moyens d’expérimentation qui fournissent des applications qu’on eût d’abord vainement tentées. Les idées abstraites ne sont donc jamais séparées en physique des idées pratiques, et ceux qui attaquent les premières au nom des secondes ne s’aperçoivent pas qu’ils battent en brèche un édifice avec les pierres mêmes dont il est construit.

La science de l’électricité, dans ses récens progrès, nous offre un frappant exemple de l’étroite union de la théorie et de l’application. Dans les idées qui semblaient le plus appartenir au domaine spéculatif, elle nous a révélé la source la plus abondante d’inventions utiles et de procédés industriels. Cependant les applications que l’on a tirées de l’étude de l’électricité sont encore relativement peu