Page:Revue des Deux Mondes - 1861 - tome 31.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’opérera par des moyens pacifiques. Déjà dans les républiques hispano-américaines l’union s’est accomplie entre les trois races ; le blanc, le rouge, le noir, et les innombrables métis issus de leurs croisemens sont frères et concitoyens ; les indigènes jadis maudits et les conquérans qui s’étaient arrogé la spéciale bénédiction du ciel se sont réconciliés, et ne forment plus qu’un peuple turbulent, comme le sont tous les peuples jeunes, mais plein d’avenir et d’espérances. Et cependant ces sociétés latines ont, comme la société anglo-américaine, inauguré leur vie politique par l’extermination des peaux-rouges et la mise en servitude des noirs d’Afrique. N’est-il pas légitime d’espérer que les états du sud finiront par suivre ce noble exemple ?

Une fois vaincu, l’esclavage laissera le champ libre à l’esprit intrépide et victorieux qui a rendu les républiques de la Nouvelle-Angleterre si justement chères aux amis de la civilisation. Alors l’arbre de liberté portera ses fruits, et le monde verra ce que peut réaliser dans les sciences, les arts et l’économie sociale une république vraiment démocratique lancée dans la voie des améliorations de toute espèce avec cette fougue qui distingue le génie américain. Il serait difficile déjà de trouver dans aucune autre partie de la terre des sociétés moralement supérieures à. celles du Vermont, du Massachusetts, du Rhode-Island, du New-Hampshire. La majorité des hommes qui les composent ont la conscience de leur liberté et de leur dignité ; l’instruction est générale, l’esprit d’invention est surexcité au plus haut degré, l’amour des arts se développe, toute œuvre recommandable est soutenue avec une générosité sans exemple ; le progrès en toutes choses est devenu le but général. Et ce que la liberté a produit dans ce coin de la terre, elle le produira, nous n’en doutons pas, dans la vaste république anglo-saxonne, lorsque le crime de l’esclavage sera expié, et que le noir, enfin délivré de ses chaînes, pourra presser dans sa main la main de son ancien maître.


ELISEEE RECLUS.