Page:Revue des Deux Mondes - 1862 - tome 38.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L'ANGLETERRE
ET
LA VIE ANGLAISE

XIV.
LA CHASSE AU RENARD.
LES CHIENS DU CHATEAU DE BERKELEY, LES MELTONIENS ET LES CHASSEURS CAMPAGNARDS.



Les Anglais ont plus d’un genre de sport, et le turf, dont nous avons parlé dans une précédente étude, est très loin de suffire à l’activité d’une race qui cultive la force avec le même soin et le même respect que l’intelligence ; nos voisins témoignent en outre une vraie passion pour la chasse. On raconte que, durant la bataille de Waterloo, il fallut toute l’autorité du duc de Wellington, surnommé de l’autre côté du détroit l’Homme-de-Fer, pour réprimer chez les soldats anglais l’instinct naturel du sport à la vue des lièvres effrayés par le tonnerre des armes à feu et qui s’échappaient jusque sous les pieds des combattans. Il y a des Anglais riches qui vont en Norvège pour chasser l’ours, au Canada pour rencontrer le bison, aux Indes pour se trouver face à face avec le tigre. Chez eux, ils pratiquent aussi différentes sortes de guerre contre le petit nombre d’animaux sauvages qui leur restent. Quoiqu’il n’y ait plus guère