Page:Revue des Deux Mondes - 1870 - tome 90.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le sergent me devança. — Châtillon ! s’écria-t-il, eh bien ! camarade, ce sera pour une autre fois ; nous vous attendrons pour le reprendre.

Germer, sans une plainte, sans un soupir, laissa doucement retomber sa tête sur l’oreiller et ferma de nouveau les yeux.

Bientôt quelques camarades accoururent ; ils venaient annoncer à Germer qu’il allait être porté à l’ordre du jour. Il les entendit, et se tournant vers moi :

— C’est impossible, vous le savez bien, capitaine, dit-il d’une voix ferme. Il faut empêcher cela ; il faut réserver cet honneur à ceux qui sont sans peur et sans reproche. Moi, je ne veux voler l’estime de personne.

— Germer, lui dis-je, vous avez aujourd’hui sauvé la vie de plusieurs hommes au péril de la vôtre. Qu’attendez-vous donc pour vous pardonner ?

— J’ai sauvé quelques hommes, reprit-il douloureusement ; mais combien d’autres sont morts, mon capitaine ! combien d’autres mourront encore pour reprendre la redoute que nous avons abandonnée ! . » Ah ! c’est là que j’aurais voulu tomber en y plantant notre drapeau ; mais Dieu ne l’a pas permis… Et que de vies il faudra sacrifier encore ! ..- Ah ! ce sang !… ce sang !…

Un brusque sanglot souleva sa poitrine brisée, puis sa voix se raffermit : — Vous écrirez à mes sœurs, n’est-ce pas ?… Vous savez, capitaine ?… Fontainebleau.

— Je les consolerai, répondis-je, et quand elles sauront tout, elles seront fières de vous, Germer.

Un pâle sourire glissa sur ses lèvres ; mais bientôt secouant la tête : — Non, ne leur dites pas tout, cela leur ferait trop de peine. Et pourtant il ne faut pas les tromper… Ne racontez rien, capitaine,.. Vous direz à mes sœurs que je suis mort, voilà tout, et que je les aimais bien.

Sa voix faiblissait ; nous l’entendions à peine. Ses yeux se fermèrent ; un souffle entrecoupé souleva deux fois péniblement sa poitrine, puis s’éteignit.

Nous écoutions, penchés vers lui, haletans.

Tout à coup il se redressa, ouvrit tout grands les yeux, et s’élançant en avant : — A nous, Châtillon ! — cria-t-il d’une voix éclatante ; puis il retomba.

— Sacrebleu ! dit le sergent, c’était un brave soldat !


P. ALBANE.