Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 94.djvu/568

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont il est question dans les romans de Walter Scott, et que les gens de la plaine et de la montagne pillaient alternativement. Un certain commerce interlope s’était établi dans le village, situé à égale distance de Courbevoie et de Rueil. Patrouilles françaises et reconnaissances prussiennes s’y promenaient avec la même ardeur. On y échangeait des coups de fusil, mais dans l’intervalle les habitans vendaient du tabac aux uns et aux autres sur le pied de la plus parfaite égalité. Si les coups de feu partaient, les habitans rentraient chez eux et se tenaient cois. La bourrasque éteinte, ils ouvraient la fenêtre, risquaient un œil dans la rue, et, sûrs que tout danger avait momentanément disparu, quittaient leurs maisons comme des lapins leurs terriers après le départ des chasseurs.

On nous envoyait de grand’garde aux bords de la Seine. Nous passions là ordinairement vingt-quatre heures, quelquefois quarante-huit. C’étaient pour les zouaves du 3e bataillon des jours de fête. A peine arrivés autour de la redoute qui nous servait de quartier-général, chacun de nous se faufilait du côté d’une sorte de tranchée creusée au bord de l’eau, en ayant soin de se défiler des balles, et on ne perdait plus de vue la rive opposée. C’était la chasse à l’homme. J’avais trop lu les romans de Fenimore Cooper pour ne pas me rappeler les pages palpitantes où il raconte les prouesses du Cerf-Agile, du Renard-Subtil et de la Longue-Carabine; mais qui m’eût dit à cette époque qu’un jour viendrait où, embusqué moi-même dans un trou fait en plein champ, j’attendrais le passage d’un ennemi pour lui envoyer une balle, et cela à une lieue d’Asnières?

La nuit venue, des distractions nouvelles nous étaient offertes. La presqu’île de Gennevilliers, qui s’ouvrait devant nous entre les replis de la Seine, était un champ ouvert à de longues promenades. Quelquefois ces reconnaissances partaient sous la conduite d’un sergent; quelquefois un caporal réunissait quatre hommes et se mettait en marche à la tête de son petit corps d’armée. La consigne était courte et sévère : tout regarder et se taire. On parcourait l’île en tout sens, silencieusement, comme des Peaux-Rouges. Quand nous suivions le bord de la rivière, où les Prussiens pouvaient avoir l’idée de jeter un pont de bateaux, on se glissait à plat ventre; de temps en temps on s’arrêtait et on écoutait; puis on rentrait et on dormait comme des souches. Au réveil, nous nous arrachions les journaux pour savoir ce qui se passait à Paris. Je commençais à m’expliquer comment il se fait qu’on peut être mêlé à tous les hasards d’une bataille sans en rien savoir. Un soldat ne voit jamais que le point précis où il charge et décharge son fusil, le capitaine peut raconter l’histoire de sa compagnie, un colonel celle de son régiment; l’un a combattu le long d’un ruisseau, l’autre auprès d’un bouquet